Le Prix

Créé en 2008, le Prix Levallois soutient et accompagne des photographes de moins de 35 ans de toutes nationalités. Tous les projets sont bienvenus : le Prix n’impose ni thème ni format, seule la qualité de l’écriture compte dans la sélection des artistes.

 

Les images continuent inexorablement à illustrer le monde. Par sa qualité, sa suspension du temps, la photographie est un outil de prédilection pour interroger ce même monde. Tous les sujets ainsi que toutes les formes sont champs d’investigation.
Aujourd’hui la photographie joue de sa liberté technique, de l’argentique au numérique, du noir et blanc à la couleur, pour permettre aux auteurs de développer leur perception.
L’objectif du Prix Levallois est de sélectionner dans la production internationale la qualité, l’originalité et l’excellence.

 

Quinze photographes finalistes sont choisis par les directeurs artistiques pour être présentés et défendus en toute impartialité et bienveillance devant un jury composé de personnalités du monde de la photographie, de la marraine et de l’Adjoint au Maire délégué à la Culture de Levallois.

Seront élus le/la Lauréat(e) du Prix qui reçoit une dotation de 10 000 € et la Mention Spéciale à qui est offert un boîtier numérique.

Le Prix du Public est décerné par les amateurs de photographie qui choisiront leur candidat favori sur le site selon la règle d’un clic par jour.

Autre belle récompense pour les trois lauréats : la conception avec l’aide des directeurs artistiques d’une exposition présentée à la galerie de l’Escale à Levallois en octobre 2020 qui, pour la première fois sera itinérante.  La Passerelle, scène nationale des Alpes du Sud, à Gap l’accueillera en décembre ou janvier 2021.

 

La marraine 2020 : Jane Evelyn Atwood


Jane Evelyn Atwood est l’une des premières femmes photographes à se confronter à des sujets brûlants de notre société qu’elle prend en charge frontalement et de plain pied avec une exigence conceptuelle, plastique et politique sans faille.
Grâce à une écriture et une sensibilité caractéristiques, celles d’une femme affranchie, elle trouve la distance juste pour traiter ses sujets. Aujourd’hui elle est un exemple par la pertinence de son approche.

 

Catherine Dérioz et Jacques Damez

 

 

Jane Evelyn Atwood est née à New York et vit en France depuis 1971. Son œuvre traduit la profonde intimité qu'elle entretient avec ses sujets pendant de longues périodes. Fascinée par les gens et par la notion de l’exclusion, elle a réussi à pénétrer des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou choisissent d’ignorer.

En 1976 elle commence à photographier les prostituées de la rue des Lombards à Paris. Ce travail qui durera un an, toutes les nuits, deviendra son premier livre. En 1980, elle est récompensée par le premier prix W. Eugene Smith pour photographier les enfants aveugles.
Dans les années qui suivent, elle va s'engager dans plusieurs projets au long cours — Pigalle, les légionnaires, les victimes de mines antipersonnel, Haïti, et Jean-Louis malade du sida. En 1989, elle commence un vaste projet sur les femmes incarcérées et parvient à avoir accès aux établissements pénitenciers les plus difficiles, y compris au couloir de la mort aux États-Unis. Ce travail monumental qui reste une référence, dure dix ans. Elle est l’auteure de treize livres dont une monographie dans la prestigieuse collection Photo Poche. Elle a été récompensée par les prix les plus importants, ses images figurent dans des collections publiques et privées.
Ses archives sont diffusées en France par l’Agence VU’ et aux États-Unis par Contact Press Images. Elle est représentée en France par la galerie IN CAMERA, et aux États-Unis par L. Parker Stephenson.

 

Comme les années précédentes, elle sera maître de stage dans le cadre des Rencontres d’Arles, au printemps et à l’été 2020.

 

http://janeevelynatwood.com/

 

  2019 : En quelques mots


"Le Prix Levallois 2019 confirme son statut international : 670 candidats issus de 77 nationalités (France 278, Russie 68, Iran 50, Italie 21…) avec une parité presque parfaite ! Après la vision de plus de 10 000 photographies, nous avons choisi 15 photographes (8 femmes, 7 hommes). Ils viennent de différents pays : la France (3), la Russie (3), l’Italie (2), l’Iran (2), l’Inde (1), le Mexique (1), le Costa Rica (1), la Belgique (1) et le Royaume-Uni (1).
Comme pour la sélection 2018, nous avons été très attentifs à respecter les grandes tendances des dossiers reçus. Ce nouveau cru confirme la domination du documentaire avec parfois le sentiment que seul le sujet compte — comme si celui-ci se suffisait à lui-même ! Mais aussi beaucoup de portraits et d’autoportraits, de natures mortes, de paysages, de corps dans la nature, de sujets environnementaux et la présence toujours forte du noir et blanc.
Pour nous la photographie est une écriture du monde, mais pas l’enregistrement anecdotique de celui-ci. Notre choix s’est appliqué à retenir les candidats qui ne cèdent pas à la tentation de l'imagerie et qui proposent de réels enjeux photographiques, autant dans l’engagement et la réflexion des sujets abordés que dans la qualité des écritures conceptuelles et plastiques.
À votre tour de découvrir cette sélection que l'on espère qualitative et roborative !"


Catherine Dérioz et Jacques Damez - Galerie Le Réverbère

 

  2018 : Prix Levallois, 10 ans ! Une collection photographique


"Le Prix Levallois fête sa première décennie. Je me souviens très précisément de ma rencontre avec Paul Frèches, commissaire du Festival Photo Levallois. Je venais de lui proposer de reprendre la mission confiée à Mark Grosset, déjà très malade et qui devait décéder au mois d’août suivant. Paul m’expliqua que pour « booster » le Festival, il fallait créer un Prix. La vocation initiale du Festival étant de présenter de jeunes photographes émergents, c’est ainsi qu’est né le Prix Levallois ouvert à cette génération d’artistes, peu ou pas connus des grandes institutions culturelles, des collectionneurs et du grand public.
 Ainsi, depuis dix ans, le Prix Levallois récompense des photographes de moins de 35 ans représentant une liberté de ton et une vraie diversité de cet art, la photographie contemporaine étant un immense laboratoire d’exploration et de créativité. Chaque année, quinze nominés sont sélectionnés par les directeurs artistiques. Leurs dossiers sont présentés et défendus en toute impartialité et bienveillance devant un jury afin d’élire le lauréat du Prix Levallois qui recevra une dotation de 10 000 euros, ainsi qu’une Mention Spéciale qui se verra offrir un boîtier numérique. Quant à tous les amateurs de photographie, ils ne sont pas en reste puisqu’ils peuvent choisir, en votant en ligne, pour leur photographe « coup de coeur », le plus plébiscité devenant alors le Prix du Public. Le Prix Levallois est un moment de découverte et une première reconnaissance pour les artistes. Nous misons sur le long terme.
 C’est avec le recul que donnent le temps et la continuité que le Prix prend sa valeur et je me réjouis aujourd’hui de constater que le Prix Levallois est devenu une référence en matière de jeune création photographique internationale. Je remercie tous ceux qui ont partagé avec nous cette aventure : Paul Frèches, Fannie Escoulen, Catherine Dérioz et Jacques Damez de la galerie Le Réverbère qui ont repris le flambeau et ces milliers de jeunes photographes qui nous ont fait confiance. Enfin un merci tout spécial à l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, à sa présidente, Delphine Ernotte, et à son directeur, Rémy Fenzy, pour leur accueil et leur soutien."


Stéphane Decreps - Adjoint au Maire délégué à la Culture de la Ville de Levallois

 

  2018 : Préface de Jacques Damez

Prix Levallois, 10 ans ! Une collection photographique


"Il y a dix ans le Prix Levallois naissait dans la tête d’une poignée de personnes, qui par leur intérêt partagé ressentait l’impérieuse nécessité de créer un évènement pour promouvoir la photographie et ceux qui la produisent. Rappelons que le 22 mai 1902 naissait le Photo-Club de Levallois et qu’il existe toujours ! Cet ancrage historique a sans aucun doute favorisé un terreau culturel propice à la photographie. N’oublions pas également l’importance de l’école de photographie ICART et de son directeur Mark Grosset qui, avec Stéphane Decreps — l’adjoint à la Culture de la ville de Levallois — ont donné corps et âme à ce Prix.
Bien sûr comme toute aventure, celle-ci n’imaginait pas sa pérennité, elle pariait sur son avenir. Il fallait avant tout organiser et penser un cadre, conceptualiser les enjeux, définir les règles. C’est ainsi que tout a commencé. 
Dès la première année, des photographies du lauréat intègrent les collections de la ville. Dix ans plus tard, un ensemble représentatif est là et dessine le profil de ce Prix. Il y a plusieurs périodes durant cette décennie, dues à deux personnalités différentes responsables de la direction artistique (Paul Frèches 2008-2014, Fannie Escoulen 2015-2017).
 Cela souligne qu’une collection est toujours en mouvement, qu’elle n’est pas une simple chronologie, ni une thématique inerte, mais un processus traversé par des subjectivités qui se succèdent et l’enrichissent.
Sous le même mot sont traités plusieurs modèles qui pourtant n’ont souvent pas beaucoup de choses en commun. Les collections publiques, privées, d’entreprises n’ont de comparable que le fait de conserver un ensemble d’objets pour créer un corpus. Leur but, leur public, les pulsions qui les constituent peuvent être aux antipodes. Le fait que les collections publiques en France soient inaliénables change déjà absolument la donne en comparaison des autres collections.
 D’autre part, on sait à quel point la reconnaissance d’une œuvre est de plus en plus due à la versatilité du marché. Faire collection est un vaste projet : par le regroupement d’œuvres, c’est le moyen de produire une pensée, de mettre en dialogue art et idéologie, individualité et mémoire collective ; d’interroger les frontières entre les classifications des genres et des supports.
Une bibliothèque, une discothèque, une vidéothèque sont des collections que chacun traite à l’aune de ses attentes et de ses méthodes de classement. Certains les classent par ordre alphabétique, d’autres par genre, d’autres par la couleur des tranches… Ces options en disent long sur ceux qui les prennent. Il en est de même pour les collections d’œuvres d’art, nous sommes devant des propositions de musée imaginaire qui nous informent autant sur ceux qui les créent que sur les œuvres qui les constituent. En tant que spectateur, il convient de cheminer avec lenteur et respect au cœur d’une collection. C’est une invitation très intime à partager une expérience de vie. Comprendre le murmure et la logique qui président à la collection sont les seuls moyens d’en juger. Ce ne sont pas la succession et la juxtaposition des signatures qui font la magie mais plutôt l’émerveillement de débobiner la pelote d’émotions qui a construit l’ensemble.
Pour la collection Levallois, il n’en va pas de même puisqu’elle n’est pas le fruit d’une seule pensée, ni celle d’un conservateur qui dans un temps long imprime une ligne. Il y a une place laissée au hasard et à ce qui advient. Des centaines de propositions de candidature, sous l’œil attentif d’une direction artistique (régulièrement renouvelée), sont étudiées pour sélectionner quinze finalistes dont les dossiers sont soumis à un jury indépendant (cinq personnalités dont quatre du monde la photographie choisies chaque année par la direction artistique et l’adjoint à la Culture de la ville de Levallois). 
De là, un lauréat est désigné et deux ou trois de ses photographies rejoignent la collection.
 C’est donc la juxtaposition de décisions artistiques collégiales. Nous sommes devant une collection qui nous donne à voir les émergences générationnelles, celles de la production de jeunes photographes — puisque le prix est réservé aux moins de trente-cinq ans — et celle des sélectionneurs qui se succèdent.
Sans aucun doute il y a là un champ historique et sociologique fascinant, puisqu’il concerne la mise en mémoire, au fil des années, des tendances de la jeune génération de photographes internationaux, choisie par son milieu.
 C’est une succession de sujets, de choix esthétiques, de techniques qui marquent leur temps. C’est un document qui, par son mode constitutif, dépose les traces de ce qui le constitue. Cette collection ne représente aucun mot d’ordre, aucun parti pris de chapelle, au fil des équipes qui la pilotent, elle balise un air du temps.
 Sa cohérence n’est pas à chercher dans l’évidence d’une ligne sans faille qui en donnerait le cap, c’est une cueillette au gré des tendances, des époques et de ceux qui la vivent. En cela elle peut déconcerter, nous sommes dans un pays cartésien qui aime les règles, et là il n’y en a pas d’apparentes.
Soulignons que depuis quelques années les questions de la collection s’ouvrent. De plus en plus, les musées acquièrent des photographies vernaculaires, celles qui jusque-là n’avaient pas le droit de cité.
L’art dit brut côtoie l’art le plus sophistiqué, le mélange des médiums et des genres s’empare des lieux d’expositions, les arts visuels s’associent aux arts du spectacle pour produire de nouvelles formes. Ce qui fut l’évidence se dissipe et laisse place à d’autres champs d’analyse ; les dialogues plastiques, conceptuels, politiques créent des chimères qu’il faut conserver et penser à partir de nouveaux modèles. 
Les prix photographiques, comme le Prix Levallois participent à la formation de cette nébuleuse. 
Bien sûr dix ans est un début — début remarquable car il faut les tenir ! — mais il reste que c’est encore jeune. Il faut parier sur une réelle longévité pour imaginer les cinquante ans du prix et aux cours des cinq tomes, ponctuant les décennies, observer les partis pris de chaque génération qui prend à bras le corps son temps. Ce premier recul est l’amorce du principe qui permettra d’avoir en images le déroulé et les mutations du traitement des sujets et du monde par la pensée qui traverse chaque décennie.
 Il est vraisemblable que dès lors des pans oubliés de la photographie trouveraient une place, la leur, ni plus, ni moins, à l’exemple de la photographie vernaculaire aujourd’hui dans les musées. Pensons à la diversité du traitement et à la place de la photographie de mariage dans le monde, la photographie médicale et scientifique, la photographie technique, culinaire, de familles… Ces photographies actuellement sur le banc de touche des expositions, ne le resteront peut-être pas à l’infini. Les verrons-nous émerger grâce à ces nouveaux modes de sélection qui caractérisent les Prix ? 
C’est un défi, il est bon de rêver."


 

Jacques Damez - Galerie Le Réverbère

 

Vue d'accrochage Prix Levallois, 10 ans ! Une collection photographique

12 Photographes / Lauréats Prix Levallois 
Marvi Lacar (2008), Shira Igell (2009), Virginie Terrasse (2010), Alexander Gronsky (2011), Sophie Jung (2012), Max Pinckers (2013), Esther Teichmann (2014), Tom Callemin (2015), Vasantha Yogananthan (2016), Bieke Depoorter (2017), Pierre-Elie de Pibrac (2018), et Sara Imloul (2019).

Du 1er au 7 juillet 2019
à l'ENSP - École Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles, galerie du haut, 16 rue des Arènes, Arles

Actualités
Show more
[Vidéo] Blondine, rue des Lombards, racontée par Jane Evelyn Atwood - Polka Magazine
Lire la suite27 Mars 2020
Actualités "complice" CIRCULATION(S)  Festival de la jeune photographie européenne
Lire la suite06 Mars 2020
Actualités de Jane Evelyn Atwood, marraine du Prix Levallois 2020
Lire la suite24 Fevrier 2020
L'EXPOSITION LES LAURÉATS 2019 EST OUVERTE JUSQU'AU 23 NOVEMBRE
Lire la suite21 Novembre 2019
RETOUR EN IMAGES VERNISSAGE ET REMISE DES PRIX EXPOSITION LES LAURÉATS 2019
Lire la suite08 Octobre 2019
LA PUBLICATION DE L'ÉDITION 2019 DU PRIX LEVALLOIS EST DISPONIBLE
Lire la suite05 Septembre 2019
RETOUR EN IMAGES SUR L'ANNONCE DES LAURÉATS À ARLES ET L'INAUGURATION DE L'EXPOSITION "PRIX LEVALLOIS, 10 ANS !"
Lire la suite09 Juillet 2019
VERNISSAGE DE L'EXPOSITION PRIX LEVALLOIS, 10 ANS ! LE 4 JUILLET
Lire la suite25 Juin 2019
L'OEIL DE LA PHOTOGRAPHIE PARTENAIRE DU PRIX LEVALLOIS 2019
Lire la suite31 Mai 2019
PHOTOGRAPHIE.S LYON AND CO PARTENAIRE DU PRIX LEVALLOIS 2019
Lire la suite01 Mai 2019
RETOUR EN IMAGES VERNISSAGE DE L'EXPOSITION PRIX LEVALLOIS, 10 ANS !
Lire la suite18 Octobre 2018
RETOUR EN IMAGES VERNISSAGE DE L'EXPOSITION LES LAURÉATS 2018
Lire la suite10 Octobre 2018
POLKA MAGAZINE # 43 - PARTENAIRE DU PRIX LEVALLOIS 2018
Lire la suite07 Septembre 2018
David Fathi, son dernier livre "Wolfgang" exposé à Barcelone
Lire la suite28 Fevrier 2017
Finissage de l'exposition des Lauréats du Prix Levallois 2016
Ce jeudi 24 novembre à 10h
Lire la suite21 Novembre 2016
Annonce des Lauréats à Arles
le 6 juillet à l'Ensp
Lire la suite19 Juillet 2016
Young Belgian Photography: Tom Callemin sera exposé au Fotomuseum Anvers (FOMU)
Du 24.06.2016 au 02.10.2016
Lire la suite23 Mai 2016
Lens Culture s'entretient avec Tom Callemin, Prix Levallois 2015
Lire la suite20 Mai 2016
Grégoire Pujade-Lauraine Prix du Public 2015
Lire la suite08 Juillet 2015